Consultant en Stratégie Web

Posted On 3 avril 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

Dans la vie d’un site internet, il est parfois nécessaire de faire appel à un consultant en stratégie web.
Le métier du consultant est de voir le projet avec son œil extérieur, et polyvalent, pour faire une étude de ce qui va et ce qui ne va pas dans le site et la stratégie d’entreprise, pour proposer des solutions les plus pertinentes d’un point de vue business.

De part mon passé et la multiplicité de projets sur lesquels j’ai travaillé (J’ai notamment fondé JeuxVideoPC.com/Tom’s Games, et travaillé pour Leguide.com, LeMondeInformatique.fr, Vadrouille-Covoiturage.com, et divers sites médias ou e-commerce), j’effectue du conseil en stratégie.
Cela consiste à prendre le projet dans son état actuel et :

  • Faire un audit du site internet : que faut-il y améliorer, quels sont les leviers de croissance,
  • Déterminer des indicateurs clefs et valider la structure des dépenses actuelles et futures, dans une logique ROIste.
  • Suivre et surtout, prévoir, l’évolution du marché. Ainsi, cela permettra d’être non suiveur mais précurseur. Cela est essentiel, pour réussir à gagner des parts de marché.
  • Répartir les investissements vers
  • En parallèle, j’effectue du conseil en SEO et en gestion de projet, et serai à même de vous épauler dans ces domaines.
    Je travaille par ailleurs avec une team de freelance très qualifiés sur des sujets divers : optimisation technique, de charge et de vitesse, rédaction web, conseil en optimisations Adwords, etc.

 

Quand faire appel à un consultant en stratégie ?

J’interviens auprès de mes clients à tout moment des étapes de développement, qu’il s’agisse de start-ups en création que de boites plus implantées.
Le conseil en stratégie s’effectue tant lorsque tout va bien, que lorsque la situation est moins rose.
En effet, ça n’est pas car à court terme, l’activité se développe de manière positive, qu’il n’y a pas d’améliorations à effectuer dans la gestion de projet, ou qu’il ne faut pas prévoir les évolutions qui interviendront dans le marché dans 6 mois, 1 an…, ou créer de nouveaux relais de croissance.

 

En terme de tarification, je propose mes prestations au tarif de 450 € ht par jour, et peux effectuer un forfait mensuel comprenant plusieurs prestations tel du conseil en stratégie et en SEO.

Vous pouvez me contacter par téléphone, au 06 67 94 10 01, ou par mail (sdechezelles@gmail.com).

Gérer la refonte d’un site internet

Posted On 30 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped 2 responses

Lorsque l’on souhaite refondre un site internet, c’est à dire en refaire une nouvelle version, il faut avant tout, réaliser un document de travail expliquant l’expression de besoin.
Cet article vous permettra de mieux déterminer les besoins, et réussir la refonte d’un site internet. En effet, la refonte d’un site internet a un cout assez élevé, et doit servir à faire progresser son site et le service qui va avec.

Auditer son site :
Tout d’abord, il est primordial d’auditer son site pour comprendre ce qui fonctionne de ce qui ne fonctionne pas :

  • Taux de rebond : étudier les pages vues par visite de son site, les comparer aux concurrents, et rechercher les typologies de pages les mieux adaptées, et celles les plus mal pensées.
    Attention, beaucoup pensent qu’une refonte graphique réussie fera gagner en pages vues par visite, ce qui peut s’avérer faux : il n’est pas rare que la version actuelle qui ait connu des optimisations pendant des mois, voire des années, ait des éléments fonctionnant très bien (emplacement des liens, typologie de liens…), qui font que la refonte risque de faire perdre ça ! Je vois ainsi régulièrement des sites dont la refonte fait perdre 10 % de pages vues/visite du fait d’erreurs !
  • Référencement : quelles sont les pages performant le mieux ? Quelles pages performent le plus mal ? Dans quels mots clefs y a-t-il un gap d’audience à récupérer ?
    La refonte d’un site est l’occasion ou jamais de se pencher sur son référencement, pour rechercher des leviers d’augmentation de la visibilité !
    Ainsi, se donner des thèmes, pages et des mots clefs à travailler prioritairement permettra de se donner des objectifs et permettre un gain grâce à la refonte du site.
  • Sources de trafic : l’étude des sources de trafic, comparées à celles de vos concurrents français et internationaux vous donnera des axes de travail : si votre audience provient à 70 % de Google, et à 20 % des accès direct, alors que vos concurrents ont 50 % de visiteurs en accès direct, vous trouverez ainsi un axe de travail majeur !
  • Monétisation : étudier les pages vues par visite de son site, les comparer aux concurrents, et rechercher les typologies de pages les mieux adaptées, et celles les plus mal pensées.
  • Etat technique : Si votre site a des soucis récurrents de stabilité, et de bugs, mettre en place des process pour développer et recetter le développement hors production, pour ne pas nuire à la qualité du perçu de votre site serait une bonne chose !
    Par ailleurs, suivre les indicateurs de performance que sont la vitesse seront importants pour la qualité de votre site.
  • Design : souvent, n’ayant pas de graphiste en internet, le design est un problème car il est dur à changer et améliorer.
    Faire une nouvelle version est l’occasion ou jamais de vérifier ses erreurs et repartir sur de bonnes bases !
  • Web 2.0 : avez-vous pensé que le contenu produit par les visiteurs est du contenu gratuit, à ne pas négliger ?
    C’est ainsi qu’un site comme CommentcaMarche.net se paie le luxe d’être le 1er site média, malgré un nombre limité de contenu produit en internet, car il dispose d’un des plus gros forums mondiaux.

    Par ailleurs, les réseaux sociaux peuvent attirer un public nouveau, et accroitre son audience. Une meilleure intégration des réseaux sociaux sur votre site sera donc importante !

Document de préconisation :
Une fois l’audit réalisé, il est nécessaire de réaliser un document de préconisations fonctionnelles, tenant compte de la gestion des acquis (éléments fonctionnant bien).
En parallèle de ça, la réalisation d’une nouvelle version devra être pensée pour permettre de gagner de l’audience et du CA : si vous investissez 3000 ou 10 000 € de frais divers, il est primordial qu’ils portent leurs fruits.

Par ailleurs, la nouvelle version peut être le moment idéal pour lancer de nouvelles sections en fonction de la demande du marché.

Gestion du recettage :
La phase crutiale du recettage permettra de s’assurer que l’ensemble des éléments ont bien été pris en compte.

Il faudra veiller notamment à ce que la nouvelle version du site :
Fonctionne sur tous les navigateurs majeures
L’absence de bugs : il vaut mieux prendre son temps
La bonne gestion seo en gérant l’ensemble des points cruciaux en terme de référencement : urls, titles, maillage, etc.

 

 

Me contacter :

Dans le domaine du référencement et de la gestion de projet web depuis une dizaine d’années fondateur de plusieurs sites de renom (JeuxVideoPC.com, JeuxVideo-Flash.com, 1001Loisirs.com, etc.), je propose des prestations de conseils en gestion de site internet et référencement à tarif abordable.  Si vous avez prévu de refondre votre site, n’hésitez pas à me contacter par mail : sdechezelles@gmail.com ou au 06 67 94 10 01.

Etude de Cas Référencement : l’exemple Alapage.com

Posted On 27 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

Je vais réaliser une étude de cas servira à comprendre comment un fleuron du e-Commerce français, Alapage.com, a connu une telle perte du référencement, au point que ce site, ex filiale de France Télécom devienne marginal et très distancé par Amazon.

Nous allons faire un historique d’Alapage :

  • Le site a été lancé au milieu des années 90 et était ainsi l’un des premiers à pénétrer le marché du web.
  • En 1999, Alapage, alors indépendant, réalise 20 millions de francs de chiffres d’affaires, vs 3.5 millions l’année précédente.
    Tout se passe donc très bien, et c’est alors que France Télécom s’empare d’Alapage pour 49 millions d’euros.
  • En 2000, Amazon se lance dans le e-commerce, devenant le principal rival d’Alapage.com.
  • Les années 2000 sont des années de croissance forte du e-Commerce. Alapage se diversifie en lançant divers rayons dont un rayon jouet ou un rayon dédié aux produits d’occasion.
    Néanmoins, devenu filiale d’un grand groupe, l’entreprise perd sa culture web, tout en agglomérant 2 nouveaux sites en 2005 : Marcopoly, TopAchat et Clust.
  • En parallèle, une guerre des prix se pratiquant, il devient dur de générer de la marge, surtout que le groupe a raté divers volets :
    1. Le référencement, 1ère source d’audience pour les sites marchands n’a pas été assez travaillé
    2. L’occasion : Alapage a lancé cette stratégie avec un net retard sur la concurrence, au point ne ne pas avoir réussi à offrir une offre assez forte
    3. En parallèle, l’entreprise a fait croitre ses couts, ayant plus de 250 salariés pour 120 millions d’euros de CA en 2009 (à titre de comparaison, Rueducommerce a 300 salariés pour 350 millions de CA)
  • Ayant raté le virage du milieu des années 2000 ou une guerre des prix s’était développé, tout en perdant des parts de marché, de la notoriété et de la présence dans les sources d’acquisition gratuites, le groupe s’est retrouvé englué dans de lourdes pertes : ainsi Alapage perdait 21 millions d’euros en 2009 pour 120 millions de CA.

Depuis lors, Rueducommerce a racheté le site à un prix symbolique (mais sans reprendre l’équipe !), il y a complètement revu l’offre pour qu’elle colle à son coeur de business.
Il n’a pas porté une attention forte à Alapage, s’en servant pour promouvoir sa place de marché (la marketplace de Rueducommerce permet aux professionnels de vendre les produits en direct sur le site en échange de commission, d’environ 8.4 %), et attirer plus de professionnels.

La stratégie a fonctionné, Rue du Commerce étant incontournable dans le secteur avec près de 80 millions de CA réalisés en 2011.
Néanmoins, Alapage n’a jamais retrouvé son niveau d’antant, et perd chaque année de l’audience, ne représentant que 2 % de l’audience du groupe RueduCommerce. Des rumeurs de fermeture d’Alapage se font donc fréquentes, tant le site semble condamné à être la dernière roue du carrosse au sein du groupe.

Bilan de la gestion de projet et du SEO d’Alapage :
Pour faire un bilan rapide :

  • Alapage n’a pas su miser sur le référencement naturel
  • Alapage n’a pas su s’adapter en terme d’offre, et a raté le virage de l’occasion
  • RueduCommerce.com n’a pas travaillé le référencement et stoppé des leviers d’acquisition de trafic lors de son rachat, voyant l’audience du site se diviser par 5 en quelques mois.
  • Lors de la période Wanadoo, Alapage a mal géré son projet web en créant des postes de couts non supportables, sans réelle culture web ce qui a mené l’entreprise à sa perte.
  • L’on pourrait voir le même problème pour 2xmoinscher, dans lequel Les 3 Suisses n’a pas réussi à bien optimiser le site en terme de catalogue de produits et en terme de référencement, menant à une perte de 80 % de l’audience en 3 ans, sous le rouleau compresseur Priceminister !

 

 

Si vous souhaitez un audit en référencement, vous pouvez me contacter par email : sdechezelles@gmail.com ou par téléphone : 06 67 94 10 01.

Cout de Développement d’un Site Internet

Posted On 27 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

Souvent, je vois des différences majeures de prix d’achat de sites :

  • Certains ont payé un peu moins de 10 0000 € pour faire un bête site non optimisé en SEO
  • D’autres veulent un site très bien fait à tous niveaux, pour un prix dérisoire, et se tournent vers le offshore, avec les risques que ça comporte : ces boites offrent une qualité inégale, et beaucoup s’y cassent les dents.

Les pièges à éviter :
Tout d’abord, il est primordial d’éviter de réaliser des contrats incluant le développement puis la « mise à jour technique » du site ou encore son hébergement pour qu’il reste aux normes ou accessible.
Ainsi votre prestataire en développement vous facturera votre site un certain prix, parfois un peu en-dessous du marché, puis vous prélèvera un forfait mensuel, qui lui permettra de dégager une marge, sans avoir à fournir le moindre travail.
Si par ailleurs, le prestataire vous propose un hébergement, sa solution sera simple :
Il vous facturera une certaine somme, par exemple 300 € par mois
Il paiera un hébergement en face, entre 10 et 100 €. Le reste servant uniquement à faire de la marge.
Si vous comprenez un jour l’arnaque, arrêter ce contrat sera dur car votre prestataire disposera de la main sur l’hébergement, le nom de domaine et le code. Il vous tiendra totalement dans un contrat à son avantage!

Par ailleurs, ça n’est pas à votre prestataire technique de penser vos pages, et votre référencement, et le référencement doit se faire le plus tôt possible, idéalement en amont du développement lors de la rédaction du cahier des charges.
N’oubliez pas qu’un site sans référencement est un site qui n’existe pas, aux yeux des internautes, car ils n’auront aucune chance de le trouver.

N’oubliez pas de ne pas vous lancer tête baissée : beaucoup de sites ne fonctionnent pas car mettre à jour une page est un calvaire : si vous gérez un site e-commerce avec 5000 références et que vous souhaitez changer le prix sur une gamme de 200 produits, l’automatiser sera primordial !
Par exemple, augmenter ses prix de 2 % sur les produits de telle marque ou de telle gamme, et de 5 % sur telle autre gamme, tout en baissant des prix de 10 % sur une marque donnée doit pouvoir se faire en quelques clics, si vous souhaitez pouvoir suivre l’évolution du marché.

Ce que doit contenir un contrat de développement d’un site internet :
Un contrat de développement doit contenir différentes informations tel :

  • La propriété intellectuelle sur l’ensemble du code source du site
  • La correction des bugs et erreurs (pages mortes, erreurs 404…) détectés dans les 1 à 3 mois suivant la sortie effective du site internet
  • L’implémentation d’outil de web analytics, tel Google Analytics
  • La bonne gestion de la problématique soulevée dans la partie du cahier des charges lié au référencement.
  • Des objectifs en terme de temps de chargement : le site doit se charger en moins de 3 secondes, idéalement moins.
  • L’accès possible et complet à l’ensemble du code source, et la mise en place du site sur l’hébergement que vous validerez
  • Une deadline, avec pénalité de retard dès lors qu’elle est dépassée de plus de 10 à 20 jours.
    L’on voit souvent des sociétés de développements qui recherchent à tous prix des contrats, et prendront des mois de retard, ce qui peut s’avérer problématique dans votre business, attention à ne pas tomber dans le panneau !

Le cout de développement d’un site :
A titre d’exemple, voila une fourchette de grandeur de cout qui me parait raisonnable :

  • La création d’un site corporate, à la navigabilité très simple, ne comprenant que du texte et 2/3 images, sans autre spécificité doit être payé 1500 à 2500 €.
  • La mise en place d’un site e-commerce avec système d’administration pour mettre à jour la base de produits, quelques spécificités ainsi qu’une optimisation du référencement coutera entre 8000 € et 20 000 €.
  • Le cout de développement d’un site mobile doit être compris entre 25 et 50 % du prix du site web, car les bases seront déjà présentes.

Au sein de Web Conseils, en plus des prestations de conseils en référencement et en gestion de projet, je travaille avec des développeurs pour vous proposer de la création de sites internet à tarif attractif.
Vous pouvez nous contacter par mail : sdechezelles@gmail.com ou au 06 67 94 10 01, le 1er rendez-vous conseil étant gratuit.
Pour mieux me connaître, vous pourrez découvrir mon profil Linkedin : http://www.linkedin.com/profile/view?id=43379584

La taille critique d’un site internet (e-commerce et média)

Posted On 26 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped 4 responses

Lorsqu’on gère un site internet et vise à ce qu’il permette d’en vivre, il faut donc connaître quelle est la taille critique qui permettra au site de gagner de l’argent, et être rentable ?

Explication de la taille critique dans le web :
La taille critique consiste à réussir à faire face à l’ensemble des dépenses de fonctionnement liés au site, et avoir la capacité d’investir pour maintenir cette marge, voire la faire croître.

En effet, si vous éditez un site internet, et réussissez à vous payer, mais que cela coute l’ensemble de la marge du site, alors que vous n’avez pas de connaissance en SEO et en développement, votre site ne pourra plus évoluer dans ce sens.
Sachant qu’un site ne peut vivre à long-terme s’il ne connaît d’évolution technique, et que son référencement n’est pas travaillé, votre business s’érodera un jour ou un autre.

N’oubliez pas qu’internet fonctionne comme une vraie entreprise, mais avec un nombre de concurrent quasi-infini, et une facilité de comparer les prix !

Calculer les couts d’un site internet :
La taille critique comprendre 2 types de couts qui sont :
– Les frais de structures :

  • Il s’agit de l’ensemble des frais liés à l’existence de votre entreprise : couts comptables, de gestion, frais divers, ligne téléphonique, impots, etc.
    L’on peut estimer ces couts entre 500 et 700 euros mensuels.
  • Frais de serveur : si votre site accueille moins de 200 000 visiteurs mensuels, vous pourrez ne disposer « que » d’un serveur dédié, coutant aux alentour de 100 € mensuel.

– Les frais de gestion et de croissance :

  • Développement : l’on pourra amortir le cout de développement du site sur 18 mois, et rajouter entre 500 et 1000 € mensuel de maintenance, optimisation et mise à jour. Cela diffèrera en fonction de la complexité du site et du nombre de fonctionnalités que vous souhaitez lancer, sachant que chaque nouvelle fonctionnalité aura un cout de maintenance !
  • Référencement Gratuit : en passant par un prestataire SEO, qui vous aidera à optimiser votre site, vous poser les bonnes questions, le cout peut varier entre 500 et 1000 € mensuel.
    Attention avant tout, ce qui compte est d’avoir une personne qui s’imprègnera au site, et non rechercher le prix le plus bas dans ce domaine, et entrtera dans le vif du sujet, n’hésitant pas à vous expliquer vos erreurs, et travailler si possible l’ensemble des leviers d’acquisition de trafic gratuite (réseaux sociaux, fidélisation et réflexion autour des partenariats) pour le développement de votre audience.
  • Eventuellement du référencement payant, dans Adwords, les comparateurs de prix, ou un autre canal.
    Cela dépendra de vos contraintes et de leurs rentabilités : ce levier doit être pensé pour être rentable et générer de la marge, ou au moins fonctionner à marge nulle, ou faiblement négative.
  • Site mobile : avez-vous besoin d’un site mobile ? Et d’applications mobiles ? Le cout d’un site mobile est de 2500 à 10 000 €, plus des frais de maintenance et évolution variables mais peu élevés (100 à 350 € mensuels).
  • Contenu : pour avoir de l’audience, il faut produire du contenu, levier oublié par beaucoup de créateurs de sites. Cela dépendra de la thématique, mais cela peut vite chiffrer !
  • Les salaires : n’oubliez pas que pour se rémunérer 1 €, il faut payer des charges en France, généralement entre 1.6 et 2 €.

Sources de revenus pour un site internet :
Souvent je vois des prospects qui gèrent leurs sites sans trop savoir ou ils ont prévu d’aller et sont un peu perdus dans le web.

Il existe 2 thématiques de sites :
e-Commerce :

  • Dans le cadre d’un site e-commerce, les revenus doivent provenir de la marge réalisée à chaque vente, c’est à dire :
    Cout d’achat + frais postaux + cout des emballages + frais de gestion de chaque vente  cout du service après-vente et de la gestion des problèmes  – Prix d’achat du produit – frais de ports facturés +
  • N’oubliez pas que chaque minute coute de l’argent : si chaque vente nécessite 2 minutes de frais de gestion, n’hésitez pas à prendre de la marge (2 minute étant une moyenne quand tout se passe bien, et la personne dédiée à ça passera parfois plus : problème fournisseur, ou période avec moins de vente ou il faut toujours la payer).
  • Par ailleurs, si vos concurrents vendent un produit à un prix, il vous sera dur d’être plus chers, idem pour les problématiques de livraison : faire payer 5 € lorsque ses concurrents sont gratuits réduira votre taux de transformation.

Site média ou communautaire :
Avant tout, il faut connaître l’ensemble des sources de revenus :

  • La publicité n’est pas une poule aux oeufs d’or : il est difficile de gagner de l’argent sur le web, et l’e-CPM (revenu pour 1000 affichages) dépasse guère 6 € toutes publicités confondues, sachant qu’un internaute visite rarement plus de 2 pages vues/visite.
  • Vente d’abonnements et contenus premium : cela dépend des thématiques, et de la valeur ajoutée.
  • Un audit par un professionnel permettra de mieux comprendre le potentiel et optimiser ce biais. Peut-être faites-vous fausse route et faut-il adapter au plus vite votre business-modèle ?

Si vous êtes en phase de développement d’entreprise, ou de lancement, n’hésitez pas à me contacter si vous désirez être coaché dans les domaines du référencement et de la gestion de projet.
Mon email est sdechezelles@gmail.com et mon téléphone le 06 67 94 10 01.  A bientôt !

Impact des réseaux sociaux dans les résultats de Google

Posted On 23 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

Beaucoup signalent un impact des réseaux sociaux dans les résultats de Google. Quels sont-ils ?

Quels réseaux sociaux ?
En France, 3 réseaux sociaux dominent le marché, Facebook, Twitter et Google Plus.
Google disposant de son propre réseaux, Google +, il se sert finalement peu des autres réseaux dans son algorithme, notamment de Facebook.

Mais il est toutefois important de ne pas négliger ceux-ci dont la part dans l’algorithme ne devraient que monter, quand l’acquisition de liens est de plus en plus difficile.

Bing ne prend pas en compte Google + (ou extrèmement peu), mais ce moteur utilise de plus en plus Facebook et Twitter comme canaux SEO.

Parts de résultats avec des +1 visibles dans Google avec Search Plus Your World :
Depuis quelques jours, Google met de plus en plus les résultats ayant fait l’objet d’un +1 au sein du réseau Google Plus, dans les recherches. Si vous êtes webmasters, vous avez certainement du fréquemment tomber sur ce genre de résultat.

C’est pourquoi j’ai décidé de faire une étude auprès des sites de mes clients :
Les sites dans la thématique high-tech, ou qui touchent une cible de webmasters sont ceux ou le public est mordu de nouvelles technologies.
Pour ce genre de sites qui cumulent plus de 1000 à 5000 +1, autant étonnant que ça puisse paraitre, le nombre de recherches comprenant un +1 est très faible, de l’ordre de 0,5 à 2 % des recherches effectuées, alors qu’une moitié de ces recherches concernent les noms de sites.

Les sites généralistes n’ont que très peu de +1, généralement de l’ordre de 50 ou moins pour 5000 visiteurs par jour. Pour cela, le nombre de clics avec présence de Google Plus est proche de 0.
Cela est du à la faible utilisation de Google +.

Par ailleurs, beaucoup critiquent la qualité des résultats : si un ami aime un article, celui-ci n’est pas généralement plus intéressant que les résultats de l’algorithme de Google, surtout si cet ami est webmaster et n’ajoute des +1 que sur son site et celui de ses amis.

Alors que la présence de Google + dans Google ne cesse de croître, l’on peut se demander s’il ne finira pas par faire machine arrière suite aux nombreuses critiques depuis l’intégration de Search Plus Your World dans le moteur, et peut-être aussi à cause de problèmes juridiques qui pourraient en survenir, Twitter critiquant allègrement cette manière d’agir pour promouvoir ses services.

Gérer le lancement d’un site à l’international

Posted On 22 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

Lancer un site à l’étranger ne peut se faire en claquant des doigts, mais demande une vraie étude de marché avant tout.
Par ailleurs, il est primordial de ne pas penser à sa version internationale comme une copie de sa version française, sans rien de plus, car la gestion d’un site diffère en fonction de sa part de marché, de ses concurrents…

Ayant lancé plusieurs sites à l’international, et aidé des clients dans des problématiques internationales, j’ai eu plusieurs retours d’expérience, qui me permettent de mieux appréhender ces questions.

Nous vous détaillerons ces questions ci-dessous :

Préparer son lancement à l’international :
Avant de se lancer, il faut tout d’abord connaître les différences en terme de sources de visites et de type de connexion.
En effet, l’on peut distinguer 2 types de marchés :
Les USA ou Google possède 2/3 des parts de marché de la recherche, la technologie Bing (présente sur Bing et Yahoo), apportant 1/3 de l’audience totale en provenance des moteurs de recherches.
Par ailleurs, sur ce marché, les vitesses de connexion sont généralement plus faibles qu’en France, il faut donc limiter les éléments trop lourds, qui créeront de la frustration pour vos visiteurs.
Si vous ne disposez pas de bureaux outre-Atlantique, vous pourrez toutefois tester votre site grâce à l’outil de suivi de la vitesse de chargement offert par Google Analytics, qui permet de voir le temps de chargement en fonction des pays pour chacun de vos sites.

En Europe, le marché est plus proche de la France, avec une part de marché de Google toujours au-dessus de 90 %, et Bing numéro 2, le tout avec des connexions rapides.
Attention, toutefois, les pays du sud de l’Europe n’offrent pas les mêmes perspectives en terme d’e-CPM et d’e-commerce, qui y est bien moins développé.

Gérer le lancement d’un site à l’international :
Une fois avoir étudié le pays, il est primordial d’étudier le marché : quelle offre existe déjà ? Mon site apportera-t-il une vraie valeur ajoutée sur le marché, ou ne sera-t-il qu’une pale copie ?

Ensuite, il faut étudier les concurrents, comprendre leur niveau en SEO, et définir un budget, tout en sachant qu’investir à l’international est risqué et que beaucoup s’y sont cassés les doigts.
Il faut définir quel est le type de contenu qui apporte de l’audience, et avec quel contenu pourra-t-on s’imposer.
En parallèle, il est primordial de mettre en place un budget d’investissement pour lancer le pays, et une structure ne limitant pas la capacité d’innovation dans le pays-mère, au risque d’y perdre en réactivité et en qualité à moyen-terme.

Prenons l’exemple d’un site qui a raté son développement international, Allociné : le site a été lancé en Allemagne, au UK et en Espagne. Les sites ont été pensés pour reprendre les fonctionnalités d’Allocine.fr, site totalement leader en France.
Mais ce qu’Allocine n’a pas pris en compte c’est qu’en publiant moins de contenus, et une communauté bien moindre, son contenu serait très limité, face aux concurrents. En parallèle, aucun travail de community management n’a été réalisé, tout comme une gestion des linking qui s’est avérée trop approximative.

Le résultat a été net : Allociné n’a pas percé à l’international et a essayé divers stratégies tel un changement de nom, avant de finir par racheter un concurrent pour repartir de l’avant à l’international.

Stratégie SEO lors du lancement international d’un site :
Tout d’abord, après un audit de ses concurrents, il faut déterminer quelle stratégie seo doit être réalisée, sur quel type de page pourra-t-on monter dans les premiers mois, et comment faire en sorte de réaliser un maillage et une gestion du contenu adaptée.

Si votre site est à vocation communautaire, il est primordial d’enclencher la communauté, en créant de la participation, et traduisant vos discussions les plus apporteuses d’audience.

Par ailleurs, les algorithmes de Google nécessitent une vraie traduction, il est donc primordial de faire celles-ci par un natif.

Nous allons prendre l’exemple d’une vraie réussite française qui s’est lancée à l’international : CommentCaMarche.net.
Le site a débuté par un excellent maillage, et en traduisant une large sélection de discussions dans l’ère du temps, et qui avaient un intérêt dans les langues de traduction. En parallèle, le site a lancé sa rubrique téléchargements dans ces pays, ainsi que les faqs, qui sont des astuces très prisées.

Cela a permis d’offrir un vrai contenu de qualité, alors que la section actualité, qui n’est pas le domaine ou Commentcamarche excellait a été mise au second plan, pour réussir un déploiement de qualité.
En parallèle, le site a profité de la technologie de grande qualité de l’entreprise, pour parfaire le tout, ainsi qu’un excellent maillage, ce qui permit à Kioskea de s’imposer sur les différents marchés, mis à part l’Italie ou il a clairement moins investit.

Nous avons donc vu l’importance du challenge d’un lancement d’un site internet à l’international. Si vous souhaitez développer un site dans une nouvelle langue, n’hésitez pas à faire appel à moi, que je vous coach dans toute la gestion de projet et le SEO, pour réussir ce lancement et vous aide à vous poser les bonnes questions.

Etant consultant indépendant en référencement et gestion de projet web, vous pouvez me contacter au 06 67 94 10 01 ou par email : sdechezelles@gmail.com , quelque soit votre budget, car je pratique des tarifs abordables, et peux mettre en place une part variable liée au résultat de notre collaboration.

Baisse du référencement et de l’audience : Détecter et Comprendre

Posted On 20 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

Lorsque les stats n’évoluent pas dans le bon sens, il est intéressant d’en comprendre les raisons, et de s’assurer que la chute nous soit imputée.
Tout d’abord, il est important de calculer la chute de son référencement, et comprendre comment elle a eu lieu.

Etude de l’évolution de l’audience :
Si l’audience est en baisse, cela ne veut pas nécessairement pas signaler une chute de son référencement, loin de la.
En effet, bien d’autres facteurs impactent l’audience d’un site internet : saisonnalité, évolution du marché, autres souces, etc. Il faut suivre ça tant sur le moyen-terme que le long-terme, et ne pas s’affoler en cas d’une baisse qui ne dure que quelques jours.

Comparaison de l’évolution de ses sources de trafic et de l’audience de ses concurrents :
En plus de la comparaison de son audience comparée à celle de ses concurrents, étudier les différentes sources de trafic interne via un outil de web analyse (Google Analytics, Xiti, eStat…) peut permettre de valider la théorie précédente.

En effet, si l’audience en provenance de Google baisse, nous pouvons la comparer aux autres sources de trafic :
accès direct
mailing-list
autres moteurs de recherches (Bing, etc.)
réseaux sociaux
mais aussi comparer l’audience de Google vs l’ensemble des autres sources.
Généralement cette mesure est la plus fiable, car les autres sources ont tendance à fluctuer et être relativement faibles pour les utiliser pour une telle mesure.

Ainsi si l’audience en provenance de Google passe de 100 000 visiteurs par semaine, à 75 000, et que les autres sources connaissent une stagnation, il y a certainement une baisse du SEO.

Pour finir cette comparaison, il est intéressant de les coupler à l’étude de ses concurrents sur Alexa ( via http://www.alexa.com/siteinfo/urldusite.com ). Attention, cela ne commence à être fiable qu’à partir de 400 000 visiteurs mensuels, en-dessous, quelques utilisateurs peuvent faire varier les statistiques du site.

Prenons l’exemple du marché des jeux en ligne, celui-ci a connu une nette baisse, les principaux acteurs que sont http://www.jeux.fr ou http://www.jeux.com ont vu leur audience fondre de 50 % en 18 mois.
Pendant ce temps, j’ai travaillé avec l’un de mes clients qui exerçait dans le secteur. Son audience n’a évoluée que de quelques pourcents depuis mi-2010, partant sur des bases respectables (1.2 millions de visiteurs mensuels). A première vue, il aurait donc pu croire que notre travail n’a pas porté ses fruits, alors que c’est tout le contraire qui s’est produit : nous avons su faire face à l’érosion du marché, en gagnant des positions et accroissant son SEO.

En parallèle, j’ai géré le site pour en limiter le facteur risques, car il faisait 60 % de son audience sur 2 jeux uniquement, dans lesquels il courrait le risque d’être dépassé soit par un concurrent, soit par Google qui a mis quelques jeux sur sa plateforme, voir un site créé par un opportuniste qui décide de créer un site dédié à un seul jeu, uniquement dans le but de gagner de l’argent.
Dans une telle situation, le client a bien compris mon travail, et a donc continué à investir en SEO, pour éviter une érosion de son CA, qui aurait pu le conduire dans une situation délicate.

Comprendre les raisons de la baisse du référencement:
Pour comprendre les raisons de la baisse du SEO, il faut se poser la question :
La baisse de l’audience s’est-elle fait d’un seul coup, ce qui proviendrait soit d’une mise à jour de l’algorithme de Google, soit d’une pénalisation partielle ou totale.
Dans ce cas, il faut rechercher ce qui peut expliquer ça (dernières modifications de l’algorithme, etc.) et mettre en place une réflexion autour du projet.

La baisse du référencement fait-elle suite à une hausse forte ? Dans ce cas, il ne s’agit que d’un rééquilibrage

La baisse du SEO a-t-elle lieu sur le long-terme par la perte de position au fil du temps ?
Dans ce cas, est-ce lié à un manque de travail, un manque de niveau, des erreurs ou l’arrivée de nouveaux concurrents ?
Comment évoluent vos parts de marché par rapport à vos concurrents ? Peut-être dans ce cas que votre site commence à être dépassé en terme de SEO, et qu’il nécessite un travail d’audit ou de refonte ?

La baisse ne provient-elle pas tout simplement d’une accumulation d’erreurs techniques ?

Nous avons vu qu’il y a de nombreuses raisons expliquant une baisse du référencement. Lorsqu’un tel phénomène se produit, il est primordial de réagir au plus vite : laisser ses stats baisser semaine après semaine rendra la tâche encore plus difficile, pour regagner en audience !
Peut-être qu’il serait intéressant de faire appel à un consultant extérieur si vous constatez que votre référencement patine voire baisse pour repartir de bon pied ?

 
Exclusif : ces prochaines semaines, je vous offre le 1er rendez-vous d’audit/conseil SEO pour faire le point sur votre site. Vous pouvez nous contacter par mail : sdechezelles@gmail.com ou au 06 67 94 10 01.
Pour mieux me connaître, vous pourrez découvrir mon profil Linkedin : http://www.linkedin.com/profile/view?id=43379584&trk=tab_pro

Part de marché des moteurs de recherches depuis 2007

Posted On 19 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped leave a response

 

Je viens de faire un travail pour comparer l’évolution des parts de marché des moteurs de recherches d’après le baromètre AT Internet, ce qui permet de suivre l’évolution de leur audience ces 4 dernières années.

L’on peut voir que les parts de marché n’ont que très peu évolué, Google domine outrageusement le marché, mais que Bing connait une hausse de ses parts de marché, qui s’est effectuée en 2 étapes : jusqu’en 2010, Bing avait une audience augmentant peu, sauf en 2009 ou le moteur de recherches a connu une très forte hausse, mais qui s’est vite tassée. Sur 2011, les parts de marché de ce moteur ont augmenté de 0.4 points, soit une hausse de 14 % de son audience, tout en fournissant la technologie du moteur de recherches de Yahoo.

 

Il semble que rien ne réussit à faire évoluer la donne, et que de nombreux moteurs souvent jugés très prometteurs connaissent de piètres destins, comme c’est le cas d’Exalead qui n’a jamais dépassé 0.1 % de parts de marchés et qui est quasiment à l’abandon.

Depuis quelques jours, Google a mis en place une évolution très controversée, qui met en avant les pages ayant des personnes de ses cercles Google + qui y ont ajouté un +1, ce qui modifie fortement les rankings (tout webmaster ajoutant un +1 à ses pages. Cela pourra-t-il rééquilibrer la donne, au moins partiellement ?

 

Pour me connaître, je suis consultant en seo et en gestion de projet web fonctionnel freelance, et je propose des prestations de conseils à tarifs abordables, avec une vraie logique ROIste, et de satisfaction du client. Si mes prestations vous intéressent, vous pouvez me contacter par mail : sdechezelles@gmail.com et par téléphone au 06 67 94 10 01.

 

 

Le Référencement sur Mobile

Posted On 18 janvier 2012

Filed under Non classé

Comments Dropped one response

Actuellement, il est possible d’être bien positionné sur mobile, même avec un site non adapté à ce support, mais cela devrait se compliquer dans les mois à venir, car une part importante des sites web se voient dotés d’une version mobile.

Nous parlerons dans notre article du référencement dans Google, et non des applications mobile, qui sont un autre sujet indépendant !

 

Voila les principaux points que Google Utilise pour le référencement sur mobile :

  • Un grand nombre d’éléments provenant du référencement web classiques sont repris sur mobile (importance des réseaux sociaux, du maillage…).
  • Au niveau url, l’idéal est que la version mobile soit dans un sous-domaine de votre site.
  • La bonne utilisation du site au mobile : rediriger les visiteurs mobile vers le site mobile, disposer d’une url spécifique sur mobile, l’absence de liens morts sur mobile
  • La vitesse de chargement des pages et leur poids : exit les images par dizaines, ou les images très lourdes.
  • L’adaptation du contenu au mobile : avoir du contenu adapté à la lecture sur téléphone, notamment au niveau taille et ordonnance.
  • Eviter le flash qui ne se lit pas sur mobile
  • Ajouter une balise signalant la présence d’une version alternative de chaque page, renvoyant sur l’url mobile ou web, en fonction du support :  »  <link rel= »alternate » media= »handheld » href= »urldelapagesurmobile » />
  • Dans le head de la page, ajouter <!DOCTYPE html PUBLIC “-//WAPFORUM//DTD XHTML Mobile 1.0//EN” “http://www.wapforum.org/DTD/xhtml-mobile10.dtd”>
  • Mais aussi, autoriser l’accès à Googlebot Mobile dans le robots.txt (le Google Bot pour mobile)
  • Par ailleurs, une dernière idée préconcue, Google ne considère évidemment pas qu’il y a du duplicate content entre la version mobile et la version web si votre site est bien pensé 🙂

Si vous avez prévu de développer une version mobile de votre site, n’hésitez pas à me contacter afin que je vous aide dans l’aspect fonctionnel et SEO, pour être le plus adapté au référencement sur mobile, et au besoin utilisateur lors de sa visite.

Par ailleurs, je vous offre le 1er rendez-vous d’audit/conseil pour faire le point sur votre site. Vous pouvez nous contacter par mail : sdechezelles@gmail.com ou au 06 67 94 10 01.

Pour mieux me connaître, vous pourrez découvrir mon profil Viadeo : http://www.viadeo.com/fr/profile/sebastien.dechezelles

Page suivante »